MuayThaiGalaxy

Switch to desktop Register Login

Alors que nous avons entamé depuis quelques semaines  la rentrée des clubs, nous constatons que vous êtes de plus en plus nombreux à  avoir choisi la pratique du Muay thaï considéré aujourd'hui comme un sport de combat professionnel et amateur, une discipline utilisée aussi bien dans les programmes de Fitness que pour des techniques de Self Defense. Mais à l'origine, il y a plusieurs siècles de cela, le Muay était un art militaire à l'attention des champs de bataille servant de moyen de défense à différentes communautés issues de l'Asie du Sud-Est...

Les origines exactes du Muay sont imprécises. Par ailleurs,plusieurs objections continuent d'être émises par le Laos, le Cambodge et la Birmanie concernant la "Paternité" du Muay thaï. En effet le Muay ne s'est pas développé seulement en Thaïlande, anciennement appelé le Royaume de Siam, mais il s'est développé sur une grande partie de la péninsule IndoChinoise où se trouve actuellement le Cambodge, le Laos, La Birmanie...

Les documents écrits qui relatent comment le Muaythaï s'est développé au fil des siècles sont rares contrairement aux mythes et légendes transmis oralement au sujet des origines.

Il est donc difficile de faire la part de réalité et de fiction pour connaitre la véritable histoire du Muay thaï. Selon certains chercheurs, le mot "Muay" serait un dérivé  de "Mvya" en sanskrit (une langue parlé autrefois en Inde) qui signifie "Tirer pour grouper", "pour unir", "pour ne faire qu'un". 

Durant dès siècles, à partir de environ - 200 ans avant J.C, l'instabilité entre les royaumes qui coexistaient dans cette région ont donné place à de violents affrontements. En s'affrontant chaque camp s'est inspiré des techniques adverses pour les incorporer dans leur propre camp donnant naissance au Khun Khmer, Muay Laotien, Muay Birman, Muay Siam…

C'est avec l'apparition des temples bouddhistes, religion venu de L'Inde, que le Muaythaï est enseigné par les moines. A cette époque, le Muaythaï est un système de combat à mains nues, mis en pratique sur les champs de bataille, utilisant la tête, les poings, les coudes, les genoux et les pieds comme armes à part entière.

A partir du 14eme siècle, lors de la période d'Ayuttaya (1350 - 1767), ancienne capitale du Royaume de Siam, située à 76 km de Bangkok, qui se distincte par la richesse de son architecture, et qui fut également extrêmement prospère, de nombreux héros de la nation thaï ont vu le jour dont le roi NARESUAN qui défit le prince héritier birman lors d'un combat à mains nues à dos d'Eléphant ! Tout aussi connu, NAI KHANOM TOM, citoyen de l'ancienne cité, qui selon la légende, après la chute de l'ancienne capitale du royaume de Siam par les birmans au 18 ème siècle, NAI KHANOM TOM virtuose du Muaythaï, défia 10 guerriers birmans, les uns à la suite des autres dans la même journée devant le Roi de Birmanie en personne qui voulait déterminer lequel du Muay Birman et du Muay Siam était le plus efficace. 

A partir de cette époque, les combattants les plus habiles se voyaient s'offrir des promotions sociales, et étaient invités à s'installer au Palais Royal pour enseigner leur art au personnel, aux militaires, et aux gardes chargés de la protection du Roi.

Ensuite sans pour autant abandonner ses fonctions militaires et de protection de la communauté, le Muaythaï est progressivement devenu un "sport", un véritable "divertissement" pour les foules. 

 

 

Les premiers combats de Muay 

Au départ les combats n'avaient rien à voir avec le Muay thaï moderne, les adversaires combattaient à mains nues, pas de saisies, ni de corps à corps. Ils "dansaient" autour de leur rival, et à la moindre ouverture ils bondissaient pour frapper, et se retiraient aussi vite pour saisir l'occasion suivante. Il n'y avait pas de classement de catégorie ou de poids,  il fallait montrer de l'enthousiasme et se mesurer à tous les combattants ! Ce n'est que plus tard qu'il y a eu introduction des catégories, mais le critère d'évaluation restait juste visuel, des adversaires de corpulences identiques s'affrontaient. 

Le règlement…Il n'y en avait pas, ou presque pas,  le combat ne s'interrompait qu'à l'abandon d'un des antagonistes..

Le ring…c'était une parcelle de terre, avec autour le public, l'aire mesurait environ 8m de diamètre. Ensuite quelques années plus tard, des cordes ont été introduites pour délimiter l'aire de combat, puis vint les rounds, mais toutefois en nombre indéterminé. 

Pour mesurer la durée d'un round on utilisait une noix de coco percée que l'on déposait dans un récipient plein d'eau, une fois que la noix de coco remplit d'eau coulait, le round était fini. 

Les prix accordés aux vainqueurs étaient généralement des avantages en nature, comme des marchandises plutôt qu'une somme d'argent, bien qu'il arrivait quelque fois que les champions touchaient une rétribution.

 

Muay Kaad CHUEK

Dans la forme la plus ancienne du Muaythai, qui remonte à plusieurs siècles, le Muay adopta une règle essentielle qui allait le transformer : plutôt que de combattre à mains nues, les guerriers commencèrent à se bander les poings afin de gagner en puissance de frappe et de protéger leurs doigts et poignets des foulures et autres blessures que les coups donnés pouvaient occasionner. 

Ce bandage, connu sous le nom de Kaad Chuek était composé d'un écheveau de fils de chanvre non raffinés et torsadés qui produisaient une bande souple de l'épaisseur du petit doigt. Ving mètres d'un tel bandage suffisait à couvrir une main ! 

Une légende liée à l'utilisation des KAAD CHUEK racontait que parfois les combattants trempaient les bandages dans une préparation à base de farine et d'eau, de résine naturelle ou de toute autre substance adhésive que l'on avait au préalable agrémentée d'éclat de verres, de pierres, ou d'une autre matière abrasive. On disposait alors les bandes au soleil de telle sorte qu'en séchant, les éclats s'incrustent dans le tissu et ne pouvaient s'en détacher…Il ne fait aucun doute que ce type de KAAD CHUEK à cette époque devait avoir un potentiel offensif largement supérieur et que les blessures qui résultaient de son utilisation étaient d'une gravité sans aucune mesure avec le KAAD CHUEK traditionnel qui devait déjà faire pas mal de dégâts… 

 

Premiers entrainements

Les combattants bricolaient et s'emparaient de tout ce qui pouvait avoir une utilité quelconques dans ce milieu tropical pour perfectionner et renforcer leurs techniques. Ainsi les troncs lisses des bananiers étaient utilisés comme sac de frappe ! (Comme nous le démontre BUAKAW dans cette vidéo)

Les pratiquants escaladaient les cocotiers pour muscler leurs bras, leurs jambes et pour durcir leur genoux. Egalement, pour muscler leur membres inférieurs, ces derniers courraient au bord des rivières, sautaient dans et hors d'un fossé dont le niveau leur arrivait à la taille. Les combattants endurcissaient leurs tibias de haut en bas, et de bas en haut, en faisant rouler une buche.

Ils  travaillaient puissance et précision en prenant pour cible des noix de coco flottant à la surface de l'eau et amélioraient leur acuité visuelle en frappant et esquivant des limes suspendues par des lianes !

 

Diversité du Muay : de gauche à droite quatre styles de Muay selon les régions, Muay Khorat, Muay Lopburi, Muay Phra Nakorn et Muay Chaiya.

Au cours des siècles, le Muaythaï a murit à divers points du territoire, et chaque région avait sont style propre. Les grandes étendues de jungles et les collines densément boisée rendaient la communication difficile entre les hommes d'une région à une autre. Les échanges entre les pratiquants des différentes communautés étaient donc très limités, cela a contribué fortement à ce que chacun ait développé son propre style. Certaines de ces variantes comme le Muaythai Chaiya sont encore pratiquées de nos jours dans le cadre du Muay Boran (Forme Ancienne de Muay), en France Fabrice PAYEN est celui qui a ramené et qui enseigne actuellement cette variante du Muay.

 

Le Muay thaï s'exporte


Jusque dans les années 1920 on pratiquait encore les combats en Kaad chuek. En 1926, sonnait la fin officielle du Kaad Chuek, une coutume qui fait désormais partie du muay traditionnel,  car  cette même année un combattant avait trouvé la mort sur le ring de l'arène de Lak Muang à Bangkok, suite à un coup de poing, le pratiquant s'était retrouvé dans les cordes, comme ce dernier refusa d'abandonner, l'arbitre ne put le déclarer perdant...

L'absence de réglementation claire et précise ont été la cause de ce dénouement tragique. En conséquence à ce drame, on décida de remplacer les Kaad Chuek par des gants, mais la transition s'est faite sur plusieurs années. 


En 1928, est apparut le premier système de classification rudimentaire, un championnat été organisé pour connaitre le Yod Muay Aek " le Champion" mais ce n'est qu'à partir de 1950, qu'un système de classification à huit catégories a été adopté dont l'unité de mesure est la livre.

En 1929, grosse révolution dans le Muay thaï, avec introduction de la coquille en métal, pour protéger les organes génitaux…

Durant les années 20, le Muay thaï se trouva progressivement une pédagogie qui lui est propre avec l'apparition des premiers camps et la mise au point de programmes d'entrainement, ainsi que du matériel de frappe plus accessible au grand public. A cette époque la mise de gants devenait une norme aussi bien à l'entrainement qu'en combat.

A la fin de la guerre mondiale, le Muaythaï s'expatrie, de nombreux hommes d'affaires finançaient les voyages de pratiquants pour des démonstrations dans leur pays comme aux Etats unis. 

A la fin des années 50 un entrepeneur  japonais du nom de Osamu NOGUCHI, très impliqué dans le monde de la boxe, s'intéressa fortement au Muay thaï. Il filma les combattants de cette discipline en Thaïlande, et ramenait au Japon ces images pour les montrer à ses élèves.

Quelques années après le Kick Boxing était né,  une synthèse entre le Muay thaï, le karaté, et la boxe anglaise.

A l'intérieur des frontières, se fut dans les années 70 que le Muay thaï connu un véritable essor, c'est dans cette même décennie, que par le biais des films de Bruce LEE, que l'occident a commencé à s'intéresser aux arts martiaux et aux sports de combat. Ainsi de plus en plus de monde se ruaient dans les salles de sport pour en apprendre les techniques. 

De nombreuses écoles aux Etats Unis, en Europe, en Allemagne et Hollande ont accueillit favorablement cette discipline. En France, le Muay thaï, appelé à l'époque boxe thaïlandaise a été ramené par Roger PACHY à la fin des années 70 suite à ses nombreux voyages en Asie, cet ancien champion de Karaté est considéré depuis toujours comme le précurseur du Muaythaï dans l'hexagone.

Lorsque le Muaythai commençait à s'ouvrir au monde, et à s'uniformiser, empruntant au passage des éléments de la boxe anglaise, un certains nombre d'adeptes nostalgiques se tournaient vers le bon vieux temps où l'on pratiquaient le Kaad Chuek. Cette forme antique du muay est désormais appelé Muay Boran. L'entrainement est très long et astreignant, car si habituellement l'instructeur enseigne les techniques de bases afin que ses élèves les mettent en application le plus vite possible sur le ring. Le maître de Muay Boran met l'accent sur les aspects et la pédagogie traditionnelles, de sorte que les disciples n'apprennent une technique que quand ils ont parfaitement intégré la précédente. 

L'organisation THAI FIGHT a réalisé récemment une émission Télévisée inédite avec des boxeurs internationaux Muay Kaad Chuek. Les anciennes coutumes ont été remises à l'orde du jour aussi bien pour le côté spectaculaire et dévastateur des combats que pour le côté martial et spirituel.

 

L'avenir du Muaythaï

Le Muay thaï joue des "coudes" pour devenir sport olympique. Il est confronté à une nouvelle épreuve, il doit se conformer aux règles, selon laquelle, aucune discipline olympique ne doit porter de qualificatif national, il faudrait que le Muay thaï change de nom. Mais pas facile de se mettre d'accord avec les pays voisins (Cambodge, Laos, Birmanie) qui revendiquent eux aussi la paternité du Muay ! Aujourd'hui, en 2013, le Muay thaï est devenu un sport amateur dans plus de 100 pays, tous les ans sont organisés des championnats du monde. Il est pratiqué par les hommes, les femmes, quelques soient leur âge, leurs origines, ou leur religion.