MuayThaiGalaxy

Switch to desktop Register Login

Ce dossier sur les projections n'a pas pour vocation de vous énumérer toutes les différentes techniques, ce qui on va le constater est impossible, mais de parler du point commun qu'elles utilisent toutes : le point d'équilibre du corps du humain . Si toutes les techniques du muay thaï utilisent la science et les lois de la physique, les projections sont au sommet. Il s'agit de la seule technique qui ne découle pas d'une erreur de votre adversaire pour être réussie, mais simplement du fait qu'il se retrouve debout. Ce dossier a donc pour but de vous expliquer comment et pourquoi une technique de projection va fonctionner ou pas, vous allez aussi comprendre pourquoi la posture, la qualité des gestes effectués et les déplacements sont essentiels ... tout en remontant aux origines du muay thai pour expliquer l'importance de cette technique et d’où elle provient

 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, petit retour dans le passe aux origines du muay thai. Pourquoi les projections sont-elles si importantes dans le muay thai et pourquoi cette technique et l'une de celles qui montrent le plus la différence de niveau entre les nakmuays ?

Le muay thai est un art martial, et absolument pas un sport de combat. La différence ? L’étymologie de chaque mot : art vient des latins arts qui signifie habileté, compétences technique, métier et martial vient du dieu de la guerre Mars. On pourrait donc en déduire qu'art martial signifie une certaine habileté dans les sciences de la guerre.

Oui. Mais c'est totalement faux. Le muay thai est un sport asiatique il faut donc aller chercher le sens de chaque mot du cote des pays qui en sont  à l’origine. Et la sens art martial représente beaucoup plus la philosophie et les valeurs qui sont véhiculées par notre sport

"Que ce soit en Chine, au Japon ou au Viêt Nam, par exemple, le sinogramme (pictogramme) qui sera ultérieurement traduit par « martial » est le même : « Wu », en chinois, « Bu » en japonais, « Vo » en vietnamien. Utilisé comme signifiant « guerre », « combat », il représente de façon stylisée un garde avec une lance, et peut se décomposer en deux caractères « arrêter » la « lance », de sorte que son sens est plutôt « celui qui maintient la paix », étant bien entendu que celui qui veut assurer la paix doit être « capable de se battre pour que cette valeur survive »

Il y a donc une double signification : arrêter la lance de l’adversaire, et arrêter sa propre lance7. Ainsi se trace un portrait du combattant plus proche de notre notion du « chevaleresque » (avec ce que cela implique de bravoure, d’aspiration à la justice et de rectitude morale) que de l’image du guerrier assoiffé de conflit... on est aux opposes de la définition occidentale qui renvoie à une idée d’agressivité, de violence assumée, voire souhaitée, l’emploi de la force étant ici préconisée pour résoudre un désaccord.

Du cote du mot art, l'esprit oriental associe à leur pratique martiale une forme d'art comme enseignée en faculté de Beaux-Arts, à l'instar de la peinture ou la calligraphie. Leur art résulte alors de la recherche de la perfection, ainsi que de l’harmonie des mouvements devant combiner équilibre, précision, puissance et vitesse, pour un maximum d’efficacité10. La dimension physique, technique, du combat est une dimension de l’apprentissage, l’ensemble formant un tout dense et nécessaire.

Le mieux est d'en retourner aux langues (Vietnamien, Chinois, Japonais, etc.) et aux contextes (Guerres civiles, Lois interdisant le port d'armes, Recrutement de jeunes soldats dans l'armée, etc.) d'origine. Les arts martiaux contribuent donc à embellir la personnalité de ses pratiquants tout en renforçant leur équilibre, leur bravoure et leur morale vis-à-vis de la société actuelle." (Toutes les références se retrouvent en bas de la page) 

On est carrément plus proche de ce que cela sous-entend "pratiquer un art martial" en terme de valeurs, de respect, de fairplay et de courage qu'avec la traduction occidentale ! 

Revenons-en aux projections, l'origine de leur importance varie selon les historiens spécialistes des cultures asiatiques anciennes. La vérité semble être à mi-chemin de chacune de ces théories :

- la première, met en avant l'importance des projections dans les conflits guerriers, mettre à terre son adversaire alors que vous êtes toujours debout s'avère décisif pour le tuer sur le coup d'après

- la seconde est tout aussi pratique mais se déroule cette fois au cœur des villages entre habitants. Il n'était pas rare dans de nombreux pays et pour éviter toute rébellion de sa population que les armes soient interdites. Il en était de même pour les échanges de coups, une population qui se bat entre elle est une poudrière. 

Pour tout de même régler certain conflit en évitant de se battre et quand la médiation avait échoué, les habitants ont donc eu l'idée de se projeter uniquement pour déterminer le vainqueur. Les combats se déroulaient essentiellement en clinche, le premier à projeter l'autre a gagné.

Dans la culture asiatique, le "sol" fait figure de ce qu'il y a de plus impur. Le combattant qui touche le sol est donc de suite méprise et son honneur en prend un sacre coup, cette notion est très importante chez les thaïlandais 

Du point de vue technique, les règles changeaient d'une ville à l’autre et d'un pays à l’autre. Les historiens pensent que de la vient les différences des techniques de clinche entre les arts martiaux asiatiques ; judo, muay thai, Viet vo dao, etc.

Mais quel que soit la technique de projection employée ou l'art en question, toutes n'avaient qu'un seul objectif : déterminer le point d'équilibre de son adversaire afin d'utiliser la force de son mouvement contre lui en employant les règles de la physique de base : la gravite, la force, la vitesse et la masse.

Pour certain les projections en muay thai sont ce qu'il y'a de plus beau, de plus technique. Les thaïs en raffolent et en comptage thai c'est 5 points. A ce sujet, pourquoi dit-on qu'une projection est validée dès qu'un gant touche le ring ? A l'époque Les armées se battaient rarement a mains nus et le fait de mettre une main à terre faisait lâcher son arme, le combattant n'avait plus aucune chance. C’est une théorie qui se tient mais les avis divergent 

La projection n'est pas une technique en soit, ce n'est pas comme un coup de coude ou une technique de jambe qui se doit d'être réalisée dans les règles de l’art. Là le but est de déséquilibrer son adversaire, un simple petit coup dans la jambe dans le bon timing va suffire si on est à distance, un simple contre sur une attaque ou encore un balayage en clinche ou une technique de rotation des hanches, 

Tout l'art tient dans le timing et de déterminer ou se situe le point d'équilibre de son adversaire a un instant T.

Le point d'équilibre, qu'est-ce que c'est ? Toute chose, tout Object, tout animal, tout être humain possède un point très précis dans sa structure qui concentre  la masse de l'objet en question  et sur lequel  toutes les forces de la structure agissent. Tout cela dépend de la forme de la structure en question et de sa masse. 

Dans le cas d'un ballon rempli d'air et dont la masse est la même partout avec une forme identique en tout point, le point d'équilibre est le centre exact du ballon c’est la seule forme sur terre qui possède cette caractéristique dans l'hypothèse d'une sphère parfaite et d'une densité intérieure égale en tout point ...la conséquence et la preuve est qu'il est impossible de projeter, de faire tomber, de déséquilibrer un ballon ..La science a toujours raison.

Du point de vue scientifique, une projection est effectuée à partir du moment où le point d'équilibre dont dépend le centre de gravité et trop décale par rapport à la surface d’appui.ce schéma est beaucoup plus parlant : 

 

Pour parvenir à cela et dans le cadre des projections en muay thai, cela revient à dire qu'il faut faire basculer soit trop à gauche, à droite, devant, derrière un point précis dans le corps humains. Chez les humains le centre de gravité se situe juste au-dessus du coxis, c'est donc cette zone qu'il faut réussir à faire flancher pour projeter son adversaire 

Si le point d'équilibre est constant lorsque l'on se tient debout sans bouger du tout, il n'en est pas du tout de même lorsque l'on est en mouvement et la zone qu'il va falloir viser n'est pas forcément les hanches, mais une partie du corps spécifique qui par effet de levier va provoquer la chute

Le principe est également le même lorsque les combattants sont en clinche, il va être ultra difficile de projeter son adversaire si celui-ci est sur ses  deux pieds encres au sol, sans bouger on va plutôt attendre le tout début d'une attaque quelconque ou d'un  mouvement pour bénéficier du fait que le centre de gravité soit en mouvement. L'ouverture se situe, comme avec les cubes, a un instant T précis

Plus le centre de gravité est bas plus il est complique de faire basculer son adversaire, c'est pour cela que les nakmuays baissent les jambes le plus possible pour rabaisser leur centre de gravité quand ils doivent faire face à des tentatives de projection 

Certain nakmuays possède un véritable don pour déterminer la zone et le timing précis pour faire basculer un adversaire quel que soit la technique à utiliser. Youssef Boughanem est un modèle du genre, des combats contre Dernchonlek ou contre Peemai et sudsakorn au thai fight sont à regarder dans tous les clubs de muay

Sudsakorn a été un moment l'un des nakmuays les plus redoutables dans ce domaine avec une technique qui ne faisait pas forcement appel à un déplacement de son adversaire mais sur le fait qu'on applique deux mouvements identiques de force contraire aux extrémités du centre de gravité .. En français ... vous allez pousser le haut du corps, idéalement le cou vers la droite par exemple et balayer les pieds dans le même temps, mais vers la gauche. Vous faites basculer le centre de gravité, la logique est sensiblement la même lorsque les nakmuays se servent de leur hanche, la s'applique aussi le mouvement de rotation.

On en vient à présent à l'intérêt et  a l'importance fondamentale de la qualité des techniques employées lorsqu'on attaque ou défend, et pourquoi.

Le muay thai ne se base que sur des règles physiques et scientifiques pour être efficace, plus une loi physique quelconque va être respectée a la lettre et plus le coup sera optimal ; par exemples les rotations dans les mouvements décuplent les forces et l'énergie, un middle sans les hanches qui tournent ni le talon n'aura que très peu d'impact 

Un aspect essentiel est qu'une technique bien effectuée assure une gestuelle parfaite, rectiligne et fluide. Tout cela va jouer sur le centre de gravité qui sera beaucoup plus proche de son positionnement naturel que si vous aviez les membres qui partent dans tous les sens. L'adversaire aura énormément de mal à saisir une fenêtre de tir et plus le coup est rapide, et plus la fenêtre de tir est réduite pour la projection.

La projection telle qu'on l'entend sous-entend d'avoir son adversaire en clinche, mais en terme scientifique un simple contact peut être considère comme une prise. Le but étant de faire basculer le point d'équilibre, mais comme il est ultra difficile de placer le coup précis au bon endroit lors d'un middle par exemple, on va plus voir des projections en clinche

Le tip cependant est une excellente arme pour renverser son adversaire lorsque le coup de celui-ci a été lu et qu'on a anticipé, un contact sec au niveau d'un des pectoraux ou bien en haut du sternum provoquera la chute

Les projections sont de plus une arme psychologique redoutable lors d'un combat, on montre vraiment à son adversaire qu'on comprend et anticipe sa boxe ...c'est l'un des aspects primordiaux du comptage thai : la supériorité technique et ce n'est pas pour rien si le fait de renverser son adversaire vaut le plus de points dans les techniques traditionnelles (sans compter les coups spéciaux)

Les projections sont sans aucun doute l'une des toutes premières techniques utilisées en muay thai, ses origines ancestrales se basent sur des lois de la physique universelle. Elles représentent toutes les valeurs et les origines du muay thai en un seul mouvement : la recherche de la perfection  et de l'efficacité tout en respectant son adversaire mais en lui montrant sa domination technique et mentale.

Le fait d'utiliser la force de son adversaire ainsi que ses mouvements  est un autre moyen dans la culture asiatique de prouver sa force totale, les samouraïs Japonais étaient des spécialistes des combats codifies et profitaient de toutes les forces adverses pour assener leur technique au sabre, les judokas procèdent dans la même logique

Pour réussir une projection efficace il est nécessaire de lire le jeu de son adversaire et d'anticiper, on nomme cela l'intelligence de combat

Un grand merci à l'université JUSSIEU paris, a Georges Charles dont les écrits ont été très précieux sur la compréhension des origines des arts martiaux asiatiques et les ouvrages suivants  The Martial Arts and Sun Tzu, The Science of Strategy Institute, La saga du wu shu et Martial Art history