MuayThaiGalaxy

Switch to desktop Register Login

1788 ! Premier Thaïlande France de l’histoire ! 2 français défièrent le meilleur nakmuay du Roi Rama I en Muay Thai. Ce qui partait comme un combat symbole de fraternité et d’échange entre deux pays, va se transformer en un véritable pugilat ou toute la garde du Roi va pénétrer sur le ring. Une erreur de jugement de la part du combattant français, qui va peter les plombs,  vont réduire à néant des mois de négociations pour ce fight ainsi que les valeurs du muay  en le transformant en véritable « baston de bar ».c’est le premier affrontement entre les deux nations.. Un vrai moment d’anthologie


1788.. nous sommes à la fin de l’ère d’Ayutthaya, et la dynastie dont le roi de Thaïlande RAMA IX fait partie, commence

Le premier roi sur le trône étant RAMA I, c’est sous son règne que ce tout premier affrontement entre Français et Thaïlandais va avoir lieu ! Au sein même du Palais royal et avec le souverain présent ce combat va se transformer en catastrophe diplomatique pour les deux pays ou les deux combattants tricolores ne seront pas loin de se faire lyncher

Nous sommes les meilleurs

Ce fight est déjà précurseur du sentiment d’aujourd’hui lorsque des nakmuays thaïs et étrangers s’opposent. Avec ce leitmotiv pour les thaïs « nous sommes les meilleurs » et celui pour les étrangers « oui.. Mais pas cette fois et pas contre moi »

C’est dans cet état d’esprit qu’il y a deux siècles et demi, 2 de nos compatriotes débarquèrent dans la péninsule indochinoise pour y faire du commerce

Nos 2 amis ne sont pas seuls et parcourent les mers avec de somptueux vaisseaux ainsi que leur contingent. Au fur et à mesure de leur pérégrination les deux français se découvrent une passion pour les arts martiaux d’Asie du Sud-est et commencent à défier les premiers combattants des différents royaumes

Ils gagnèrent de nombreuses fois face à des fighters  des villages et provinces et parvinrent à se faire un petit nom. C’est un peu les Fabio Pinca et Youssef Boughanem de l’époque qui déambulent tous les deux en Asie et qui collent défaite sur défaite

Pour l’instant tout se passe bien, les adversaires rencontres ne pèsent pas bien lourd en terme de symbole national et juste la fierté de petites régions et villes est touchée.

Défier LE meilleur Thai

Tout va changer en 1788, lorsque nos deux français vont avoir une brillante et grande idée : défier LE meilleur combattant de la garde rapprochée du Roi. Plusieurs mois de négociations seront nécessaires et les malentendus nombreux tant la demande des français ne sera pas comprise à cause de la barrière de la langue

Au final, les deux parties parviennent à se comprendre et informèrent le roi de la demande de ces curieux étrangers. Le roi demande des conseils à son frère qui a ce raisonnement judicieux.

« Nous sommes obligés d’accepter pour l’honneur du pays et la fierté du royaume. Si nous refusons nous passerons pour des lâches. En revanche il est hors de question que nous perdions cet affrontement ! Quoi qu’il en coute.. Notre combattant devra l’emporter et ce à n’importe quel prix »

Des petits airs de THAI FIGHT !

Place maintenant à  la sélection du MEILLEUR nakmuay de la garde royale

Pour le futur nakmuay, le choix n’existe pas : il devra vaincre ou la mort l’attendra ! C’est pour cela que le roi en personne participe activement aux sélections. Le combattant choisit  après des jours est un mix de Buakaw, Saenchai, Yod, Sittichai, Kem etc. C’est le Terminator des Nakmuays du moment.

Pour la première fois le roi en personne est impliqué dans un affrontement avec un occidental ou un de ses gardes combattra en son nom ! L’enjeu est énorme, hors de question qu’un étranger ne vienne sur notre sol et nous batte à notre art !  (Vous voyez, 250  ans que ça dure !)

Du cote Français, on ne peut pas dire que la pression soit de mise. Les sélections et entrainements de l’adversaire mettent tellement de temps que les deux frères passent plus de temps auprès des jolies thaïlandaises de la cour du roi qu’à l’entrainement

Finalement les deux frères commencent à sentir ce que ce combat représente lorsque le fight est annonce au sein même du palais royal avec plusieurs centaines de spectateurs  et bien entendu en présence du souverain

Le décor est somptueux ! Rien à voir avec les arènes des villages, au sein même du palais les Thaïlandais ont mis des jours à tout préparer. Tout est soigne, peaufiné, tout est réglé au millimètre..Excepte l’issue du combat ou personne ne s’attend à ce qu’il va se passer

On est en 1788, mais c’est l’équivalent du Thai Fight d’aujourd’hui ! Les spectateurs hurlent, les gens sont parés des couleurs de la royauté du pays. Il y a un seul et unique combat pour la première fois un étranger, un français en l’occurrence, combat au sein même du palais en présence du roi

La cérémonie d’ouverture est interminable et les deux frères sont accompagnés pour l’occasion  de leur contingent et amis qui donnent de la voix ! Pour ceux qui ont déjà vu le public qui accompagne Youssef lorsqu’il combat dans les stadiums thai et bien ça devait ressembler à ça !

Le fight oppose seulement un des deux frères, le plus aguerri le plus vigoureux et le plus technique..Et surtout le plus lourd. Mais celui-ci ne connait pas du tout ce qu’est le Muay Royal pratiqué par la garde Royale. Il n’a combattu que dans des villages et provinces et très peu contre des thaïs, il est plus habitue au Bokator ou au Kun Khmer.. de cette méconnaissance va découler la « première bagarre générale entre supporters »

Imaginez-vous la scène, des dizaines de gardes royaux tous aussi bon les uns que les autres en muay qui soutiennent leur favori, la présence du roi qui ajoute à la pression et du cote français, nos deux frères ainsi que leurs amis qui donnent de la voix de l’autre cote du ring !

« Force brute contre Stratège »

C’est dans cette ambiance survoltée que débute le combat ! Ce qui caractérise le muay ROYAL sont des techniques plus complètes et surtout une analyse et des stratégies de fight totalement adaptées à la situation du moment. Le nakmuay Royal est un stratège, c’est LE super héros dont le peuple thai à besoin pour faire mordre  la poussière à ce vil français qui est venu disputer la suprématie de leur art !

Le français est plus grand, plus lourd, plus puissant .. Certains écrits de l’époque le comparent à une montagne face au petit ruisseau Thaïlandais. On peut supposer que le thai devait peser dans les 49/55 kilos et notre tricolore dans les 65/73kg .. C’est un peu comme un Fabio Pinca Vs Satarnmuenglek ou un Youssef VS Saenchai

Le début des incompréhensions…

Le premier round est une avalanche d’anglaise de la part du français face à un thai qui …recule et contre. Incompréhension du cote tricolore qui ne connait pas, ne comprend pas cette stratégie qui est perçue comme un acte de pures lâchetés et de refus de combattre !

L’immense barrière de la langue empêchait une véritable compréhension des règles. C’est un élément déclencheur du pugilat qui s’annonce. Les supporters français se mettent à huer, crier etc. les thaïs ne comprennent pas de leur cote un si grand manque de fair play de la part de leurs invites. Voilà dans quelle ambiance débute le second round

Le combat devient complique pour le Youssef de l’époque, il est de plus en plus fatigue et, chose incroyable pour lui, son petit adversaire le frappe violement aux jambes ! Une incompréhension de plus. Le fight tourne de plus en plus à l’avantage du thai qui ne cesse de reculer, contrer et frapper en zone basse

..Et la Bagarre générale

C’en est trop pour le frère du français qui saute dans l’arène et se met à poursuivre le thai pour le punir   . Réaction immédiate de la part des membres de la garde royale qui partent aider leur compatriote.et bientôt rejoins par les supporters francais qui viennent aider les deux freres

Pour nous  aider à concevoir la scène, imaginons la team NASRK qui accompagne Fabio Pinca :

Vous avez Nasser, les frères Bennoui, piscitello, Lidon, Salvador etc dans le coin et en face vous avez sur le ring Saenchai qui lui est accompagné par yod, sittichai, kem, buakaw, super x et toute la clique, et bien imaginez tout ce beau monde qui part en bagarre générale pendant le gala

Voilà à peu près, à quoi les spectateurs ont dû avoir le droit à l’époque. La garde Royale est dix  fois plus nombreuse que le contingent français et celui-ci est vite dépassé. Les deux frères sont pourchasses dans les couloirs du palais par une horde de gardes royaux. La vision devait être surréaliste !

C’est le roi lui-même qui ordonna qu’on n’exécute pas les français et qu’on les soigne sur place. Celui-ci leur promirent sante et sécurité le temps qu’ils guérissent de leurs blessures.

Mais, curieusement, au petit matin plus personne ! Tout le contingent français a mis les voiles, littéralement puisqu’ils ont rallié dans la nuit le plus discrètement du monde leur navire.

Manque de respect final perçu par les thaïs qui ne comprennent pas un tel manque de savoir vivre. Très honnêtement, lorsque on sait que les gardes qui étaient en faction la nuit même étaient les mêmes que ceux qui pourchassaient les tricolores quelques heures plus tôt, on comprend la réaction des français !

Au final, plus aucun nakmuay tricolores ne défia un adversaire du siam pendant 2 siècles ! Il faudra attendre le début des années 1980 avec Monsieur Patrick Brizon et Monsieur Roger Paschy  qui combattirent face aux nakmuays thai en Thaïlande

Concernant, le super héro nakmuay de 1788, il a rempli son contrat ! Il n’a pas perdu ! Le roi qui ne sait comment le remercier puisqu’aucune récompense ne ressemble de près ou de loin à ce type de victoire, en invente tout simplement une qui va coller parfaitement a l’image du combat. Le souverain élève le nakmuay au titre honorifique de MUEN PLAAN … »chevalier destructeur » en Thaïlandais….