MuayThaiGalaxy

Switch to desktop Register Login

Le jeune français Samy SANA, 24 ans, fait partie de ces jeunes boxeurs qui ne laissent personne indifférent lorsqu'on le voit évoluer sur le ring ! Son  style est Muay Bouk, c'est à dire que c'est un nakmuay qui avance constamment, un véritable guerrier qui met la pression en privilégiant parfois l'efficacité à la technique. Si il est encore très peu connu en France, ce dernier commence à être grandement apprécié dans les Pays de L'Est où depuis peu, il évolue pour y imposer sa détermination qui semble sans limite. 

  

 

Je n'ai que la Boxe 

 

 


14 ans, c'est l'âge où Samy,  jeune parisien, turbulent et bagarreur choisit le Muaythaï : 

 "Je pratiquais le foot avant la boxe, je ne faisais que de me battre sur le terrain, j'étais hargneux. C'est un ami proche qui m'a initié à la boxe, qui m'a incité à venir à un entrainement. Et très vite, dans ma salle dans le 17ème arrondissement de Paris tenue par Gabriel LAMY, j'ai eu la manie de défier les plus forts. Mais bien sur en tant que débutant, je me faisais malmener. Ce qui m'a poussé à m'entrainer toujours plus dur."

Face à la détermination grandissante de Samy de devenir à tout prix un grand champion, Gabriel LAMY le conseille quelques mois plus tard d'aller s'entraîner dans un des plus prestigieux club de la capitale, le Phénix Paris 13. 

 

Là bas, sous l'enseignement d'Alassane Gaye, Samy SANA fait toutes ses classes : D, C,  B, et A.

Et lorsqu'il avait à peine le niveau Classe D, le jeune Samy a connu l'immense privilège de pouvoir croiser régulièrement les gants avec de grands champions tels que Farid VILLAUME, Karim SAADA ou Djamel YACOUBEN. 

Très tôt ils ont vu en lui un boxeur propre et dur, et non un jeune brouillon comme c'est souvent le cas pour les débutants. Pourtant à l'époque, Samy a une réputation au club, celle de n'être pas vraiment régulier dans les entraînements, il est peu présent à la salle, mais paradoxalement ses prestations sur le ring contredisent son attitude quotidienne. En effet, quand arrive le jour J du combat, Samy répond toujours présent, il a toujours eu pour coutume de livrer de terribles guerres à ses adversaires, et remporte la majorité de ses confrontations avant la limite. 

Mais il y a quelques mois, Samy a eu comme un déclic, sa motivation qui a toujours été très présente lui offre de nouvelles perspectives qui pourrait être déterminant pour la suite de son parcours :

"Concrètement je n'ai que la boxe, je n'ai pas de diplôme, les soucis m'ont endurci, je connais parfaitement mon potentiel, dans la vie j'ai toujours été un guerrier. Pour moi la boxe ça ne reste que des coups, je n'ai pas peur des coups."

 

 

 Le Style Muay Bouk 

 

Samy est attaché au pur style Muaythai, il aime la Thaïlande et ses traditions. Sur le ring, il est à l'aise, il aime faire le spectacle, quand il se prend des coups, il  sourit, fait celui qui n'a pas mal, et danse sur le ring comme les thaï.

"Mon style c'est Muaybook, j'avance constamment, j'aime la violence, j'aime utiliser les coudes, les genoux, taper dur, taper fort, si tu ne m'éteinds pas la lumière, je ne lâche pas le combat." 

Même si Samy aime faire le Show, il prend au sérieux chaque boxeur, et est près à affronter les meilleurs. "La préparation en Classe A, est quasiment la même pour tout le monde, mais la différence ce fait au niveau du mental, et moi le mental, il est là. 

 

 Le jeune du Phénix, ne s'enflamme pas, et semble conscient de ses capacités "Je considère encore que je n'ai rien appris du Muaythai, j'ai encore un long chemin à faire. Aujourd'hui j'ai juste appris à être efficace, à mettre le coup qu'il faut. Je ne suis pas un boxeur qui va marquer des points, je suis un boxeur qui boxe pour faire mal. Maintenant que je suis plus précis, mes armes, ce sont mes coudes et mes genoux. L'objectif, c'est de prendre tous les titres, boxer les plus grands, boxer les plus forts. Je veux m'amuser, prendre du plaisir et surtout gagner. "

Samy SANA, aiment les challenges, il n'est pas de ceux qui choisissent leurs adversaires, et ne refuse aucun combat en de 70 kg à 73 kg. Pour lui les 5 têtes d'affiche de sa catégorie sont les thaïlandais BUAKAW Por Pramuk, YODSANKLAI Fairtex, AEKPRACHA Meenayothin, et les français Mickael PISCITELLO et Johann FAUVEAU 

Comme il n'a pas toujours eu sa chance en France, Samy SANA avec l'accord de son coach Alassane GAYE, décide de demander de l'aide à Willy James NGUEKAM qui lui trouve régulièrement des combats dans les pays de L'Est, et accompagne ainsi régulièrement Cheick SIDIBE sur les mêmes plateaux. Mais quel diffèrence  y a t-il entre le Muaythai en France et ceux des des Pays de L'Est ?

 

Le Muaythaï de L'ESt 

 

 

"La différence est énorme, c'est vrai que là bas c'est comme chez nous, c'est une vrai passion, de l'organisateur aux boxeurs, c'est des vrais passionnés ! C'est le seul pays que je connais où les boxeurs ont tous des tatouages thaïlandais. Là bas, ils mettent les moyens pour organiser de beaux galas, ils respectent les boxeurs, nous sommes toujours bien reçus. Là bas, les boxeurs sont des guerriers, la mentalité est différente de la France. Là bas les combats se font en Full Muaythai, les boxeurs ne lâche rien sur le ring.  Là bas, il n'y a pas de coudières, c'est comme en Thaïlande, ils ne trafiquent pas les règles. Ils respectent le sport. 

Par contre au niveau des décisions, ils ne sont pas trop objectifs. Même si je n'aime pas perdre, je reconnais la défaite et mon seul reproche c'est que là bas, ils protègent trop leurs stars locales.

Mais sinon ce fut une bonne expérience, tu sens vraiment dans ces pays qu'ils ont la culture de la boxe, et qu'ils aiment ça. Même les organisateurs prennent du plaisir. Parfois en France, les organisateurs, nous les apercevons même pas dans leur propre gala. Là bas, ils sont au bord du ring, ils encouragent et saluent tous les boxeurs."

 

  

Avion, Sac à dos et Muaythaï

 

La prochaine grande étape pour Samy SANA serait certainement un prochain long voyage en Thaïlande qu'il découvrira pour la première fois, un voyage uniquement dédié au Muaythaï : 

 "Mon futur voyage en Thaïlande va se résumer en trois mots : Avion, Sac à Dos, Muaythai. Je n'y vais pas en tant que touriste, je vais là bas pour apprendre, et pour défier les thaï. Pour m'inspirer de la vrai culture, et boxer les thaï les plus forts qui ne sont pas forcément les plus connus ici."

Le Max Sport Gym de Bangkok devrait être sa destination, ou le Singpatong, un camp qu'on lui a fortement conseillé. Et pourquoi pas partir à l'aventure,  découvrir de nouveaux de camps, jusqu'ici inconnus, ou très peu connus. 

Samy SANA c'est 38 combats pour 33 victoires, champion de France Classe D, C, B et vice champion de France Classe A en 2011 et 2012.  Et Demi finaliste du tournoi Glory Super Pro.

"Pour les promoteurs, je suis ouvert à toutes propositions, je suis prêt à boxer tout le monde, je n'ai peur de personne, sachez que je vais essayer de faire de beaux combats. Pour mes adversaires, entrainez vous dur, je vous prend tous au même grade !  Sur le ring, c'est entre moi et vous, ça va être la guerre, je ne lâcherai pas, vous avez intérêt à être prêt, à avoir un mental d'acier. 

Je remercie tous ceux qui m'ont aidé dans la boxe, mon coach Alassane GAYE que je respecte énormément que je considère comme un membre de ma famille, Willy James que je respecte également qui me trouve régulièrement des combats. Il m'a toujours fait avancer,  il m'a même ouvert sa salle durant l'été. A mon pote Mack, qui m'a vu boxer la première fois, qui a tout de suite cru en moi, il m'a dit dès la première fois qu'il m'a vu "toi tu es KENG, tu es un guerrier, un vrai Muay Bouk". C'est un vrai passionné, un vrai connaisseur du Muaythai. A tous les boxeurs champions, mes frères que j'aime, Farid VILLAUME, Karim SAADA, Karl DUBUS, Vatsana, Desty, Seghir, Anthony, Frank NADJE, Artur, Sidy KONE, Alex, Pascal BENMATI, Jacques GAYE, Goribe, Youssop, dédicace à tout le phénix et à tous les boxeurs qui m'aident à la salle. A mon coach Bernard qui est comme mon oncle. Tous les gens qui me soutiennent. Tous ceux que j'ai oublié, ainsi que les clubs qui m'accueillent pour mes préparations, le Derek Boxing de la Courneuve, le Boulogne Muaythai avec son coach Ryad, Nordine de Bonneuil, et mes grands Frères Sidi du SMB 10 et Cheick SIDIBE. Et aussi à tous mes potos de la boxe, des vrais gars Wendy ANNONAY, Ahmed HASSAN, Julien PICARD, Abde, Guelmi, Mike MAHDI, Djamel YACOUBEN, et les filles de la boxe , Laetitia BAKISSY, Ielo PAGE, Soraya HAMAD, merci à Xav de Chrono Fight. Dedicace aussi à Jaan alias Dalshim, Malik KILAM, Sambou et Rida de Trappes, Audrey RAVOULA, Kim de Pantin, Moustapha MAYOUF, Aree, Lahcen BRIGUI, Tony, Dany Bill, Claude, Léon du Derek, Dino HADAD, Johann FAUVEAU, Sora du Lumpini, Djimé COULIBALY, les mecs de mon quartier : Lasné, Sobar, Pipich, Acil, Pinax, Imed, Rami et tous ceux que j'ai oublié, trop de frèro à citer. Merci à Thibaut et à Norman de Muaythai Galaxy, vous faites le plus gros Taf. Vous êtes de vrais passionnés  "