MuayThaiGalaxy

Switch to desktop Register Login

Dans cet article on va expliquer comment parvenir à compter les points dans une phase de clinch en comptage thai bien entendu.  On ne cible pas ici le barème coups/points que beaucoup connaissent mais l’une des techniques de calcul mental utilisée par les parieurs pour leur permettre de compter correctement, de savoir qui mène, dans quel domaine et avec combien d’avance. Toutes ces infos permettent de mettre en place les cotes des boxeurs au fil du combat et aux juges de rendre leur décision. Technique qu’on décrit et explique en la mettant en pratique avec une séquence du combat Seksan Vs superbank du mois dernier.

Si le résultat final d’un round est sur 10 points, les jugent et les parieurs attribuent une somme de points à chaque technique lorsqu’ un nakmuay attaque que ce soit en clinch ou durant le reste combat. Cela permet, logiquement, de savoir très précisément qui remporte chaque round.  

En Thaïlande le barème de points est le même quel que soit le stadium, les paramètres qui eux vont changer par rapport à tel ou tel stade ou ville sont l’importance des rounds, le style du combattant, le fair play, le cardio, l’entree du combattant, l’agressivité etc

Mais quel que soit ces paramètres variables, le barème de points reste identique. On a donc une constante qu’on va retrouver dans  tous les stadiums. Dans le cas d’une phase de clinch (ou n'importe quelle phase d'ailleurs) qui nous intéresse ici, le barème est le suivant

-          Coude 2 points

-          Genou au corps devant et de cotes 2 points

-          Genou dans les jambes 1 points

-          Balayage réussi et donc fin de la séquence de clinch : 5 points

-          Projection 5 points

Le but de cet article est de vous faire comprendre le fonctionnement du comptage, sur quoi les parieurs se basent et comment les juges thaïs rendent les décisions.  On part ici avec un barème purement mathématiques, mais les juges et les parieurs attribuent à cela d’autres paramètres purement techniques et la défense est elle aussi prise en compte.

C’est dans la compréhension et la connaissance du muay que les meilleurs parieurs vont apparaitre et se démarquer. Ces meilleurs parieurs sont ceux qui définissent les cotes sur lesquels les autres parieurs parient. Ils peuvent également parier pour plus d’une vingtaine de personnes qui ne sont pas en train de suivre le combat

En étant le plus efficace certains parieurs ont en tête à chaque instant du combat le total des points pour les jambes, les genoux, les coudes, les clinch etc. Ils sont capables de dire pour toutes les phases de clinch d’un round qui les a gagnées, de combien, avec quelles techniques.

Pour y parvenir et ne pas se tromper tant cela peut aller très vite, les parieurs ont plusieurs systèmes de calculs mentaux. Une technique assez fréquente et qui permet de ne pas perdre le fil que vous pouvez tester est celle-ci :

Comment compter ?

Plutôt que d’additionner tous les points lors d’une séquence de clinch et se retrouver avec un score de 60 à 40 qui sera difficile à appréhender les parieurs utilisent une autre technique.

A partir du moment où le clinch démarre, le premier a porté le coup est celui dont on se réfère et plutôt que de compter aussi les points pour son adversaire on va juste les décompter du nakmuay qui a mis le premier coup

Cas concret

La Phase de clinch démarre :

-          Bleu met un genou au corps. Dans votre tête vous vous dites BLEU + 2   

-          Rouge répond genou au corps. Dans votre tête plutôt que de vous dire 2-2, les parieurs thai soustraient les deux points au BLEU et ne se soucie que de lui. Ce qui donne Bleu +0

-          Rouge remise genou à la jambe +1 un point. Dans ce cas-là : soit vous dites BLEU – 1 soit dans votre tete ROUGE reprend la main et vous comptez desormais par rapport au ROUGE + 1.  la seconde méthode possède l’avantage de n’avoir à se soucier que des additions, c’est plus instinctif et surtout dans les cas ou les nakmuays s 'echangent genoux et coudes tres vite cela permet d'avoir un repere mental de couleur en tete . 

Si on evoque Bleu et Rouge ce n'est pas un hasard, les parieurs thai resonnent avec ces deux couleurs et non pas avec le nom des combattants . Par defaut le champion est le Rouge, le Challenger le Bleu . Pour communiquer les parieurs ont un langage bien precis avec les mains . Pour faire simpl,  le dessus de la main represente le Champion et le nombre de doigts tendus la cote du paris lorsque vous voyez un parieur agiter sa main comme ca dans un stadium avec trois doigts tendus cela veut dire "je propose un pari a 3/1 que le champion remporte le combat .

C'est le parieur qui a decide de cette cote, c est completement subjectif  Tous les autres autour font exactement la meme chose avec des cotes differentes. Lorsqu un autre parieur accepte le pari, sous entendu qu'il pense lui que c'est le challenger qui va l'emporter, ils se mettent d'accord sur la mise, toujours avec les mains . Si on souhaite lancer un pari en premier et qu'on veut miser sur le challenger on montre la paume de sa main et non le dessus .

Cette façon de compter les points dans les phases de clinch possède plusieurs avantages. Elle est très rapide et facile à essayer. A la fin de toute façon le chiffre du perdant de la séquence est de zéro, ce qui ne fait qu’un seul nombre à retenir et la différence par rapport à zéro indique aux parieurs l’ampleur de l’avance.

C’est beaucoup plus compréhensible et abordable que d’avoir à se souvenir d’un 20-26 ou d’un 14-19

A la fin du round, les parieurs savent donc précisément les scores des phases de clinch et des phases de stand up. C’est cela qui va leur servir à définir la cote de leur favori pour le round d’après

On évoque juste une phase du combat mais en toute logique (et surtout selon les stadiums) le compte des points ne se stoppe jamais et qu’on soit en clinch ou à distance les points sont attribués tout au long du round. C’est aussi pour cela que cette méthode est plus simple à utiliser.

Plus un parieur (et un juge et un entraineur) à des informations en temps réels sur tous les aspects du combat et plus il peut calculer une cote idéale (ou définir une stratégie dans le cas de l’entraineur). Il vaut mieux savoir que Rouge mène par 9 à 0 en jambes, 2 à 0 en anglaise, 0 à 20 en clinch et 10 à 0 zéro en projections que juste savoir que Rouge mène par 1 à 0 …

Pour parvenir à se souvenir d’autant de données, la technique pour les récolter est primordiale

On a donc vu la théorie avec un échange de juste 3 coups, certains échangent de clinch peuvent durer tout un round. On va cette fois prendre un cas très concret avec un vrai combat et une séquence  précise d’un des rounds

Il s’agit du début du 5eme round entre Seksan et Superbank au Raja le mois dernier. Allez directement a 8 minutes 00 et on va regarder jusqu’à 8 minutes 15.

Il ne s’agit que d’une phase de clinch avec les genoux sans les coudes ni les projections et vous allez vous rendre compte à quel point il faut compter vite

-          Gants Rouge attaque en premier genou sur les côtes + 2 points / Rouge + 2

-          Gants rouge genou sur les côtes + 2 / Rouge + 4

-          Remise immédiate bleu genou au corps + 2  / Rouge 4 – 2 = +2

-          Bleu genou au corps +2 / Rouge +0

-          Rouge genou sur le cote +2 / Rouge + 2

-          Bleu genou au corps +2 / Rouge + 0

-          Rouge tentative de genou sur le cote, devance par le Bleu qui frappe l’intérieur de la cuisse. BLEU + 1

-          Bleu genou sur la cuisse + 1 point / Bleu + 2

16 secondes de combat 8 coups échangés et juste une différence de 2 malheureux points. On est dans un cas où il y a juste les genoux, imaginez avec les coudes et une séquence rythmée de plusieurs dizaines de secondes

Si on avait compte les points en additionnant et pour chaque combattant on se retrouverait avec  8-6 pour Bleu. Le +2 est beaucoup plus parlant cela permet aussi objectivement de constater qu’il n’y a vraiment pas une grande différence dans cette phase de clinch

(même si les parieurs restent sur l’impression que bleu a boxe plus intelligemment avec une accélération pour passer devant au compte puis faire casser le clinch  . 8 minutes 13. Si ces séquences se répètent les juges et les parieurs vont clairement attribuer les clinchs au combattant qui "mene" et "organise" le corps a corps, sans un système de compte qui permet de se faire une idée précise au point près il est très difficile de déterminer qui remporterait ces phases de corps au corps)

Comment s’entrainer et débuter avec le comptage a la thai ?

Au tout début si vous vous mettez à compter tous les rounds tous les coups etc vous n’allez jamais vous en sortir. Il vaut mieux commencer à s’exercer sur des phases hors clinch avec le barème approprie et ne compter que le premier round, plus lent.

Vous pouvez aussi vous focaliser sur un seul coup les middles par exemple. Parvenir à comptabiliser les points d’un seul round avec une seule technique est un très bon exercice.

Vous pouvez aussi écrire le barème des points et le mettre devant l’écran, peu difficile à se souvenir vous allez vous en rappeler tôt ou tard. Ici ce n’est pas le barème des points qui nous préoccupe mais la façon de compter

On vous conseille en tout cas de faire cet exercice pour  comprendre comment le muay en Thaïlande est jugé. Ce jugement influe a 100% sur les combattants, ce n’est pas un hasard si les projections valent 5 points ce qui est le max et si des nakmuays comme Saenchai, Yodwicha, Boughanem, Sudsakorn, Buakaw les maitrisent à la perfection.

Cette façon de percevoir le muay peut aussi vous aider à mettre en place des enchainements directement issus du comptage thai . Cela peut aussi vous permettre de revoir des combats avec lesquels vous n’aviez pas compris la decision

La particularite du clinch

Pour les phases de clinch, il s’agit des seules séquences de combat capables dans un laps de temps minimum de faire changer la décision ou de refaire son retard. Si les phases de clinch sont si réactives et dynamiques c’est parce que le combattant qui prend les coups doit obligatoirement les rendre pour annuler les points marques par son adversaire sans risquer un raz de marrée

On pourrait aussi évoquer des stratégies en clinch uniquement conçues pour marquer un max de points sur une très courte période

Exemple : utilise par Satarnmuenglek c’est un enchainement rapide ou le clinch va durer quelques secondes : Genou gauche frappe cuisse droite +1 point / Genou droit frappe cotes gauche +2 points / Coude gauche frappe visage à droite +2 points / Balayage jambe droite vers la gauche termine le clinch avec 5 points. Total : 10 points d’avance, aucun coup pris et juste 3 envoyés avec  un balayage en même pas 3-4 secondes de combat

Ce genre d’enchainements réussis dans les combats peut clairement faire changer la décision. Dans le cas de combat serre et qu’on arrive au quatrième round, 10 points pris ça fait beaucoup en quelques secondes